Temoignage sur le salut de Dieu

L'AMOUR DE LA VÉRITÉ

www.amourdelaverite.com

 

MON TÉMOIGNAGE PERSONNEL SUR LE SALUT DE DIEU

 

Plusieurs croient que Dieu est une béquille vers qui se tournent les malheureux pour donner un sens à leur vie.  Dieu est-Il réel?  Personne ne L'a jamais vu!  MAIS, des milliers de gens ont vu Jésus, le Christ, et Il a dit de Lui-même: Je suis LE chemin, LA vérité et LA vie.  NUL ne vient au Père QUE PAR MOI."  (Jean, chapitre 14, verset 6). 

Par ailleurs, il faut bien admettre que la vie n'a pas toujours de sens à nos yeux, et, lorsque tout va bien, nous sommes trop occupés pour questionner en profondeur.

Voici mon témoignage personnel.  Puisse-t-il être une bénédiction pour quelqu'un.

J'avais alors un bon travail, je ne manquais pas du nécessaire, mais je trouvais qu'il y avait un vide dans ma vie.  J'avais été élevée dans la religion catholique et cela ne m'avait rien apporté.  J'ignorais que Dieu avait déposé dans le coeur d'une femme à mon travail, de prier pour moi afin qu'il soit préparé à entendre l'Évangile.

Un jour, cette femme du nom de Claudette, m'offrit de me ramener à la maison à tous les jours, ce que j'acceptai.  Au fil du temps, je lui ai parlé un peu de mes problèmes.  Elle, par contre, me parlait de l'amour de Dieu, de Jésus et de Son salut.  Polie, je l'écoutais sans comprendre pourquoi elle me parlait de Lui.  Dieu, pour moi, - s'Il existait vraiment - était bien loin, là-haut, et n'était nullement intéressé à moi.  Je devais me débrouiller seule sur cette terre et faire de mon mieux. 

Après plusieurs mois, j'ai dit à Claudette de cesser de mêler Jésus à toutes les sauces!  J'ignorais alors qu'elle était frustrée de voir que je ne voyais rien et demanda à Dieu d'ouvrir mes yeux à Son salut.  Dans une de nos conversations précédentes, elle m'avait mentionné qu'elle lisait la Bible et qu'elle en avait une en surplus.

Un certain soir, j'ai dit à Dieu: ”Si tu existes, où es-Tu dans ma vie?" et je me suis endormie.  A mon lever, j'étais attirée à me procurer la Bible en surplus de Claudette et je ne comprenais pas pourquoi.  Malgré cela, je suis allée vers elle et voici notre courte conversation:

Moi:   As-tu encore ta Bible en surplus?

Elle: Oui.

Moi: Amène-la moi demain matin, je te la paierai et surtout ne m'achale pas avec ça!

Elle: Ok.

Nous avons eu une autre courte conversation le lendemain.

Moi:   L'as-tu?

Elle: La voici et je te la donne.

Moi: Souviens-toi de tes paroles; ne me reproche jamais de ne pas te l'avoir payée.

Cette même fin d'après-midi, elle me ramena à la maison.  Lorsque nous sommes arrivées, j'ai vu des larmes couler sur ses joues; elle me fait la bise et me dit:  "Il va se passer quelque chose de merveilleux ce soir."  Je lui ai répondu:  "Claudette, je ne veux l'influence de personne.  Ni la tienne, ni celle d'un prêtre, d'un pasteur ou d'un rabin.  Si Dieu existe, je veux que ce soit Lui qui me parle."

Durant la soirée, j'ai donc pris la Bible et j'ai commencé à lire au début de l'Évangile de Matthieu.  Lorsque j'ai lu le passage disant que l'on reconnaît un arbre à ses fruits, je me suis mise en colère.  "Bon, il parle d'un arbre!  Qu'est-ce qu'un arbre peut bien avoir à faire dans ce genre de livre?"  J'étais fâchée de ne pas comprendre et j'ai fait virevolter ma Bible du revers de la main.  Quelques instants plus tard, je l'ai ramassée et j'ai dit à Dieu:  "Si Tu existes et que ce livre est Ta Parole, comme plusieurs le prétendent, alors svp fais-moi la comprendre, sinon cela ne me sert à rien." 

Arrivée au passage où Jésus mentionne que le fait de convoiter dans notre coeur - sans faire un geste - est péché, je me suis sentie coupable et nue.  Je découvrais que le péché était premièrement dans le coeur, quel qu'il soit.  Dans la poursuite de ma lecture, je voyais ma vie de péchés se dérouler devant mes yeux.  Je ne pouvais me cacher de Dieu.

J'étais convaincue au fond de moi-même que j'étais perdue, que je méritais l'enfer.  Les standards de Dieu étaient beaucoup trop saints et élevés pour moi!  Écrasée sous la réalité du poids de mes péchés, pleurant, j'ai continué ma lecture, cherchant un moyen de ne pas être séparée de Dieu pour l'éternité.  J'ai lu...et j'ai lu...toutes les pages, jusqu'à l'Évangile de Jean, au chapitre 3, verset 16.  Le voici:

"Car Dieu A TANT AIMÉ le monde, qu'Il a donné Son Fils unique, afin que QUICONQUE croit en Lui (au Fils - Jésus, le Christ) ne périsse point mais QU'IL AIT la vie éternelle."

Je me suis mise à pleurer de joie!  Je Lui disais: ”Tu m'aimes à ce point-là?  Tu as Toi-même payé pour mes péchés!"  Je Le remerciais de tout mon coeur.

Je suis heureuse que des gens ayant vécu au temps où Jésus marchait sur la terre aient été inspirés par le Saint-Esprit pour mettre par écrit tout ce que j'avais besoin de savoir pour avoir l'assurance dans mon coeur que je suis sauvée de la damnation éternelle, de la colère de Dieu face au péché, et que j'aie l'opportunité de Le connaître et de me confier en Lui à chaque jour.

Depuis ce temps, je suis réconciliée avec Dieu, parce que je crois au sacrifice parfait de Jésus-Christ pour moi, qui a versé Son sang pour moi à la croix.  Dieu est devenu mon Père depuis ce jour.  C'était là le début d'une vie nouvelle, EN Lui et AVEC Lui; le commencement de ma marche avec Lui.

Je n'ai jamais regretté de croire en Lui, beau temps, mauvais temps.  Je me nourris encore de Sa Parole.  Il est fidèle et je désire Le suivre jusqu'à la fin de mes jours, par Sa grâce. 

Si le coeur vous en dit, écrivez-moi un mot!

Que Dieu vous bénisse!

Michèle Caya